Edito 2021

C’est un peu comme si on s’était levé, mal réveillé, puis rendormi un peu groggy;
Le fil de nos envies emberlificoté dans l’amas des ficelles passées.
C’est un peu comme si le « monde comme ça » avait eu besoin que ça mâture ( encore),
pour trouver sa neuve nature.
Comme un besoin de s’réfugier, comme chaque paroisse sous son clocher.
Comme s’il y avait encore des pas qui clochent, des couacs qui sifflent, des notes peu sûres…
Comme si on était resté sous cloche pour chercher notre tessiture.
Avec deux questions à remâcher: Sommes-nous prêts à y r’tourner ?
Et si on propose, que proposer ?
Mais pour nous, communauté des guincheurs masqués, des gambilleuses déchaînées, c’est surtout un creux terrible dans nos gorges, un appétit féroce des pieds, une faim du cœur !
« On veut chanter, on veut danser, on veut surtout partager à nouveau ensemble ! »
Alors c’est dit, tudoù, on va le faire, avec nos brics et nos brocs, me lar dac’h, à coups de concerts !
On va y revenir, par des chemins revisités, bordés d’ingéniosité.
Et qui sait, peut-être que lever les pattes, coudes serrés, chanter l’amour de nos terroirs, de Notre terre, fera un sérum d’enfer…
« Mieux respecter pour mieux transcender », le dernier né de notre labo, plus qu’une devise ou un slogan,
une injection d’ outre fagots, made in Fisel…!